dukan1

La polémique Dukan ou la dimension psychologique des régimes

 

Les régimes ont souvent été au cœur des préoccupations des Français, mais avec l’arrivée de nouvelles méthodes dites « révolutionnaires », on n’a pas fini d’en entendre parler. On connaît déjà certains effets de méthodes peu adaptées : le yoyo, la reprise de poids, la sensation d’insatiété, le manque de certaines vitamines, etc. Mais aujourd’hui, ce sont davantage les conséquences psychologiques qui semblent poser problème…

 

Le régime Dukan en quelques maux…

 

Le docteur Dukan est devenu très populaire ces dernières années grâce à son régime semble-t-il infaillible qui a tous les atouts pour réduire le taux d’obésité en France et partout ailleurs dans le monde.

Le principe de sa méthode ? Alterner plusieurs phases durant lesquelles il faut respectivement consommer seulement des protéines à volonté, puis des protéines et des légumes. Dans le régime Dukan, le sucre et le gras n’ont aucune place. Même les féculents et les fruits ne sont pas autorisés. Ils sont seulement réintroduits à la fin du régime, enfin si l’on peut dire ça parce qu’en réalité le régime Dukan n’a pas de fin… Une fois commencé, si vous ne souhaitez pas reprendre votre poids il va falloir éliminer de votre alimentation toute une série d’aliments et manger une journée par semaine seulement des protéines, et cela à vie !

 

Les impacts psychologiques du régime Dukan

 

Un régime très dur donc, autant pour votre santé physique que psychologique. Et c’est notamment pour ces raisons que le docteur Pierre Dukan a été radié de l’ordre des médecins.

La méthode Dukan entraînerait en effet un fort déséquilibre alimentaire et les personnes qui la suivent auraient du mal à faire la différence entre faim et satiété, notamment avec cette mention « à volonté » qui est répétée tout au long des livres du docteur Dukan. Si vous ne suivez pas le régime « à vie », alors vous risquez fortement de retrouver votre poids initial, voire plus car votre corps et votre esprit auront eu l’habitude de manger beaucoup et tout le temps.

Pour certains, manger un simple carré de chocolat se transforme en véritable culpabilité et un tel acte ne doit pas être vu par quiconque, il doit se faire caché. Manger ne devient alors plus un plaisir mais une véritable hantise. La vie n’est alors centrée qu’autour de la nourriture.

 

Dukan ne s’arrête jamais

 

Mais la polémique autour de ce régime ne s’arrête pas là puisque le docteur Pierre Dukan a fait part à plusieurs reprises de sa volonté d’instaurer une option « anti-obésité » au bac.

 

dukan

 

Son principe ? Les élèves gagnent des points si tout au long de leurs années lycée ils réussissent à rester dans une fourchette de poids dite « normale ». Les adolescentes tombent déjà souvent dans l’anorexie avec l’image de la « femme parfaite » que diffusent les médias avec des mannequins sans aucune forme, mais si le docteur Dukan réussit à faire accepter sa nouvelle option alors on n’aurait pas fini de voir tout un tas d’ados se priver de nourriture et tomber dans des maladies plus ou moins graves atteignant leur santé physique et psychologie.

 

Peut-on s’accepter tel que l’on est ?

 

Les motivations qui poussent à débuter un régime sont variées : perdre les kilos en trop pour rentrer dans son nouveau bikini, ressembler à la nouvelle égérie de sa marque préférée, plaire à cet(te) homme (ou femme) qui nous fait rêver, ne plus subir les moqueries de son entourage, etc.

Finalement, les régimes sont souvent envisagés pour des raisons d’esthétique, pour se sentir bien dans son corps et mieux accepter le regard des autres. Mais tous ces sacrifices en valent-ils vraiment la peine quand on voit les répercussions qu’ils peuvent avoir sur notre moral et sur notre santé psychologique ? Ne vaut-il pas mieux accepter son corps tel qu’il est ?

Si l’on a du mal à accepter le regard des autres c’est parce que l’on se sent jugé. Alors si l’on n’aime pas ses formes, on pense forcément que les autres les trouvent disgracieuses également. Apprendre à aimer son corps est alors une manière de se revaloriser et d’acquérir de la confiance en soi. Et si l’on se sent bien dans sa peau et que l’on trouve son corps harmonieux, alors le regard des autres ne sera plus un problème, bien au contraire.

 

Comment apprendre à aimer son corps ?

 

Tout est une question de volonté. La première chose à intégrer est de se dire que tout le monde a des atouts et qu’il suffit de les trouver pour les mettre en valeur. Si vous vous trouvez trop gros(se) vous avez peut-être l’habitude de vous laisser aller, de vous cacher derrière d’amples vêtements, voire de vous négliger totalement. Ces réactions, naturelles si l’on n’est pas dans une optique de développement de soi, ne vous aident pas à vous trouver attirant(e). Tant qu’à faire, autant mettre toutes les chances de son côté pour améliorer son image.

 Et c’est ici que votre entourage peut vous être d’une grande utilité. Si Sartre estimait que « l’enfer, c’est les autres », il apparaît au contraire qu’ils sont parfois la clé de la réussite personnelle et du développement de soi. En effet, ce sont eux qui vont vous permettre d’avoir un feedback objectif de ce que vous êtes et de l’image que vous renvoyez.

 

Abordez vos cercles familiaux et amicaux et demandez-leur franchement de lister sur une feuille blanche la manière dont ils vous perçoivent : qualités et défauts. Vous pourrez, en recoupant ces différents points de vue, extraire des points communs sur lesquels vous aurez à travailler. Mais vous verrez, très vite, beaucoup de qualités ressortiront de ce travail d’analyse de soi par le regard des autres. Ces qualités, vous ne les aviez sans doute même pas imaginées. Les connaître vous rendra plus fort. La prise de conscience de ses freins et de ses forces est la première étape vers le développement personnel. Alors foncez.

 

Crédit Photo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *